Prise de parole en classe, élève actif ou passif

question

Comment gérer un ou des élèves qui participent tout le temps et inciter les timides et les passifs à participer ?

Attention : la notion d’élève passif est complexe : certains semblent passifs parce qu’ils ne participent pas ou ne montrent pas de signe d’activité qui correspondent à nos critères… un élève peut être faible et participer peu mais essayer de suivre avec toutes ses forces et sa volonté le cours, mais s’il ne comprend pas (problème de termes obscurs, de notions abstraites, de concepts trop complexes…), alors il ne peut pas progresser. Du coup il vaut mieux travailler avec sa classe sur : « qu’est-ce qui se passe quand vous écoutez : vous comprenez / oui ou non / qu’est-ce qui n’est pas clair / les mots, lesquels / votre esprit s’en va ailleurs / vous arrivez à rester concentré ET à suivre ? ». Ce travail (il s’agit d’un travail sur la métacognition) permet aux élèves de comprendre que personne n’a exactement le même comportement face aux cours, et que parfois les moyens de mieux suivre d’autres élèves peuvent aider ceux qui décrochent à comprendre (après la prise de conscience que d’autres ne décrochent pas !) comment mieux se concentrer.

Cette métacognition permet surtout à l’enseignant de mieux cerner sa classe (exemple d’exercice ensuite : laisser après ce type d’échange chaque élève choisir la place dans la classe à laquelle il pense parvenir le mieux à suivre, puis noter les emplacements – 3 ou 4 élèves peuvent choisir la même place dans cet exercice – et modeler un plan de classe tournant qui permette à chacun chacune de se trouver de temps en temps dans un espace choisi. Cela ne donne pas la main aux élèves mais permet de concilier leurs besoins et la nécessité d’organisation du groupe ; il s’agit aussi de leur dire que même dans un lieu non idéal pour suivre, ils doivent apprendre à se concentrer quand même progressivement – on peut / doit à ce moment leurs proposer des moyens d’y parvenir).

L’enseignant voit alors qu’il est souvent important de réduire les moments de suivi (le cours magistral n’est absolument pas à bannir, il s’agit juste de le cibler et d’optimiser pour qu’il ne profite pas seulement aux élèves les plus adaptés à notre système scolaire)…

Pour ce qui concerne les participants compulsifs :

  • une gestion de la prise de parole pour toute la classe est à travailler de toutes manières
  • on peut donner des tickets de participation aux « gros participants » : deux ou trois tickets par cours en guise d’essai (avec leur approbation, en expliquant l’importance de la démarche)  – si plusieurs élèves sont concernés, c’est plus adroit ! De plus il faut leur promettre de les interroger quand ils ne lèvent pas la main – et s’y tenir : ils seront rassurés (par exemple une fois par semaine, par cours en situation de désintoxication (!)).
  • On peut aussi interroger de toutes manières qui l’on souhaite (en tenant un petit tableau de répartition des prises de paroles obligées qui nous permettra de n’oublier personne, sinon – je vous le promets pour assister à de nombreux cours de collègues et l’avoir testé sur moi – on tourne autour de 15 élèves dans la semaine). Ce n’est jamais bon de n’interroger que celles et ceux qui lèvent la main : les élèves mettent alors en place un jeu collectif de participation (certains cherchent de la reconnaissance, d’autres savent qu’il suffit d’attendre les bonnes réponses donnés par des camarades et ne font que semblant de suivre…) et vous perdez la main de l’oralité dans la classe…
  • si l’on aide certains à participer plus, cela sera cohérent avec le fait d’apprendre à celles et ceux qui participent beaucoup à se maitriser.
  • On peut proposer aux participants compulsifs de participer par écrit et de rendre s’ils le veulent leur brouillon pour vous le montrer ; que les élèves aient un brouillon sorti lors des périodes d’oral régulées est toujours important : certains veulent répondre vite car ils oublient ensuite ce qu’ils voulaient dire ; la plupart des élèves sont envahis par leur réponse et n’écoutent pas les autres… DONC : une question orale complexe qui fait réfléchir (une problématique) peut être amenée avec ensuite 2 minutes pour écrire (silence, réflexion, recadrage si nécessaire) – pour ceux et celles qui veulent, d’autres n’ont pas besoin d’écrire… / ensuite oral qui réunit les divers avis avec prise de note au tableau (car sinon les interventions ne concernent que ce qui vient de dire, les autres s’intercalent sans logique et tout le monde s’y perd) / ensuite débat concernant les idées regroupées par thèmes ou domaines avec débat et argumentation / enfin recadrage par l’enseignant
  • à ce propos, l’enseignant doit effectuer la prise de note au tableau car il garde la main sur la lisibilité, l’orthographe, la rapidité, l’exemplarité de la prise de note concise (d’autres exercices sont toujours meilleurs que celui d’un seul élève sur 36…) MAIS des élèves peuvent jouer le rôle de distribuer la parole dans la classe (quelques règles précises sont alors à mettre en place : me demander si cela intéresse quelqu’un, c’est le jeu du « maitre de la parole » que j’utilise depuis 15 ans).

Au final, si certains échanges oraux sont régulés ainsi, l’enseignant se trouve à réellement faire travailler de l’oral à sa classe (les moments habituels de questions-réponses ne sont pas, malheureusement, des vrais moments de travail de l’oral et on pourrait démontrer qu’il ne s’agit que d’un jeu entendu entre l’enseignant et sa classe duquel les élèves les plus faibles sont totalement exclus – à moins que cela ne devienne un moment de lutte de pouvoir pendant lequel les élèves finissent généralement pas l’emporter.

Cet article a été publié dans classe de 6ème, conseils prise en main de la classe, enseignement, outils de survie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s